J’ai des choses à vous dire…

J’ai mis du temps à écrire cet article, j’ai sans cesse repoussé l’échéance parce que j’ai toujours beaucoup de mal à me livrer… Mais je sens que c’est le moment, et je suis prête à le faire une bonne fois pour toute pour pouvoir repartir du bon pied pour cette nouvelle année.
Peut-être que le fait d’avoir votre ressenti sur la chose ou simplement de vider mon sac me fera du bien et me boostera un petit peu…
Ça fait quelques mois que ça me trotte dans la tête et quand j’ai un truc sur le coeur, je n’arrive plus à aller de l’avant, je suis comme paralysée et découragée de tout.

Vous m’excuserez si cet article est un peu décousu mais j’ai tellement de choses à vous dire que je ne sais même pas par où commencer…

Vous avez sans doute remarqué que je suis de moins en moins présente, que ce soit ici, sur Insta, Insta Story ou bien sur Youtube où ces derniers temps j’ai carrément déserté.  En fait c’est une accumulation de tout qui m’a en quelque sorte complètement démotivée et je vais tout vous expliquer.

Il y a encore quelques mois de cela, je vous partageais beaucoup en story, vous montrais un peu de mon quotidien, un peu de moi aussi. J’adorais vous en apprendre plus sur moi en vous montrant quelques facettes de ma personnalité, toujours avec beaucoup d’autodérision car je ris plus facilement de moi que des autres. Mais tout a changé quand je suis allée à Coachella en avril dernier.
Je ne sais pas si vous vous en souvenez, j’avais pleuré comme une madeleine en voyant Beyoncé sur scène. J’avais fait mes stories à chaud avec ma réaction en live où je me livrais comme jamais. Et c’est à ce moment là, alors que c’était sans doute les stories les plus sincères que j’ai faites, que j’ai reçu des messages pas très sympas…
Vous savez que je suis sensible, et j’ai beau avoir toute l’autodérision du monde, le fait de m’être montrée à nu et d’avoir reçu des remarques négatives m’ont beaucoup blessée.
À partir de ce moment là, j’ai commencé à prendre mes distances dans les stories, comme pour essayer de me construire une carapace. Mais je suis du genre « tout ou rien » et voilà que je n’arrive pas à faire dans la demi-mesure. Peu à peu j’ai eu de moins en moins envie de faire des stories, comme si tout ce que je pouvais faire ou dire était sujet à la critique.
Moi qui aimait tellement partager avec vous spontanément, je ne sais pas comment j’en suis arrivée à mettre autant de distance entre nous sans le vouloir.
Je sais qu’il ne faut pas que je tienne compte des remarques négatives, que ça fait partie du jeu et que du moment que l’on s’expose on doit être prêt à tout entendre, mais après tout c’est mon caractère. Et j’aimerais vous faire comprendre qu’il y a parfois des façons de dire les choses, car je reste humaine et sensible à ce que l’on me dit. Je suis comme ça et je n’arriverai pas à changer.

Je vous en avais déjà parlé dans mon article « Mon blog et moi », et vous avez d’ailleurs pu le remarquer, je suis quelqu’un d’assez introvertie, je suis très timide et je n’ai pas du tout confiance en moi. Je commençais à m’épanouir, à aller de l’avant, à faire des progrès. Puis petit à petit avec les différentes réflexions que j’ai pu recevoir par-ci par-là, sur les réseaux et sur Youtube, c’est comme si j’avais fait un retour en arrière.

J’avais l’impression que tout allait mieux, que je commençait à m’assumer (et ce blog m’a clairement aidé à ça). Mais depuis quelques mois je sens que je rechute et que je retombe dans mes travers… Quand je parle de rechute, je veux parler de ces périodes de doutes, où je perds de nouveau confiance en moi. Ces périodes où je ne me supporte plus, où j’ai presque envie de m’excuser d’exister.
Je me trouve des défauts dans tout : que ce soit physiquement, dans le travail, dans ma vie, dans ma façon d’être… Je me remets en question tout le temps et sur n’importe quoi.

Pendant ces phases, je ne me supporte pas, je ne supporte pas ma voix, je me trouve moche (il m’arrive d’ailleurs de vouloir faire des stories puis de les effacer en voyant ma tête), je me trouve insignifiante… Je ne supporte pas l’image que je renvois tout simplement.
Je me pose un milliard de questions, je remets en doute mes compétences, ce que j’aime ou ce je fais. Je me sens nulle, incapable de faire plus, de faire mieux, d’aller plus loin. Non pas par manque d’envie, juste parce que je me dis que je n’ai pas le courage de me battre pour y arriver…
Et pendant ces périodes vous vous doutez bien que je n’ai pas du tout envie de me prendre en photo ou alors de me filmer comme si tout allait bien.
Je suis une personne entière et comme je vous l’ai dit je n’arrive pas à faire semblant. Donc plutôt que de vous polluer d’ondes négatives, quand c’est comme ça je préfère rester dans mon coin et prendre de la distance en espérant que ça passe. Mais ça fait des mois que ça dure et j’ai le sentiment que j’ai vraiment besoin de vous en parler pour aller de l’avant.

Aujourd’hui je me demande qu’est-ce qu’il me faut de plus pour arriver à m’aimer et à m’accepter telle que je suis. Car j’ai clairement tout pour être heureuse : la santé, une famille et un homme qui m’aime, un travail qui me passionne, et pourtant je n’ai toujours pas confiance en moi. Pourquoi?
Pourquoi suis-je suis si dure avec moi-même alors que je suis plus que tolérante avec les autres?
Je vois le positif, la beauté et le charme en chaque personne que je croise, pourquoi pas avec moi-même?
Pourquoi je trouve génial la moindre petite chose qu’une personne entreprend, alors qu’en ce qui me concerne, je minimise tout ce que je fais? Pourquoi quand il s’agit des autres c’est super et quand il s’agit de moi c’est nullissime?

Est-ce que je suis la seule à éprouver cela? Est-ce que vous aussi vous avez des phases de perte de confiance? Des périodes où vous vous sentez nulle, moche et sans intérêt? 

Le problème c’est qu’aujourd’hui on vit dans un monde d’image. Avec l’ascension des réseaux, j’ai l’impression que cette quête de perfection est d’autant plus grande.
Le comble c’est que tout le monde nous répète que la perfection n’existe pas, mais en voyant toutes ces personnes sur les réseaux étaler leur vie filtrée et sans encombre, il est normal de se remettre en cause, moi la première.

Il m’arrive souvent de me comparer aux filles que je vois sur Instagram. Ces filles qui ont l’air si parfaites, avec leur visage d’ange, leurs lèvres pulpeuses, leurs cils bien étoffés, leurs cheveux soyeux, leurs ongles bien manucurés, leur corps bien dessiné, sans cellulite. Leur intérieur bien rangé et bien décoré, toujours apprêtées, toujours jolies même en mode « #nofilter #nomakeup ».
On peut vite tomber dans la comparaison et en arriver à se rabaisser, surtout lorsque l’on manque de confiance.
Sans pour autant tomber dans l’envie ou la jalousie (ça c’est une autre histoire qui personnellement ne me concerne pas).
Le fait est que les réseaux, et c’est là qu’il faut prendre du recul, font ressortir le côté narcissique de chacun. Chaque personne qui poste une story, une photo ou une vidéo veut se montrer sous son meilleur jour. Et pire, elle veut se montrer non pas comme elle est vraiment mais comme elle aimerait être. C’est là que certaines en arrivent à retoucher leurs photos en s’affinant le nez, le tour de taille et en se bombant les fesses.
Résultat : on arrive à des poses ou des photos qui ne sont pas naturelles et qui ne reflètent aucunement la VRAIE vie ni la VRAIE personne qui publie cela. Mais le problème c’est que des gens se comparent chaque jour à ces « fausses personnes » et à ces « fausses vies » et c’est là que tout devient malsain à mon sens.
C’est pour ça que quitte à ne pas m’aimer en photo ou en vidéo, je préfère ne rien publier que de publier quelque chose de faux.

Je vous avoue qu’il m’est déjà arrivé de me remettre en question, en me disant que je ne suis pas à la hauteur de toutes ces influenceuses sûres d’elles et parfaites. Je me suis maintes et maintes fois demandée qu’est-ce que je faisais là, et si j’avais vraiment ma place dans ce monde.
Et c’est clairement quelque chose qui parfois me bloque pour partager d’avantage avec vous.
Cette appréhension que l’on découvre que je ne suis pas parfaite, cette appréhension que l’on ne me trouve pas légitime dans ce milieu parce que contrairement à d’autres je ne suis pas habillée en marques de luxe de la tête aux pieds ou tout simplement parce que je ne suis qu’une fille lambda.
Personne n’a dit que les blogueuses devaient être parfaites, sûrement pas vous. Mais je ne sais pas pourquoi je me mets cette pression et je ne m’autorise plus à être moi-même. Alors encore une fois, je préfère ne rien montrer plutôt que de faire semblant d’être quelqu’un d’autre.
Et en fait ça ne me plaît pas. Avant ma période de remise en question, j’aimais justement me montrer telle que je suis, avec mes défauts et mon bordel. J’assumais le fait de ne pas être parfaite.

Pour moi, et j‘espère ne pas être trop naïve, les réseaux sociaux ne sont pas un moyen d’attirer l’admiration des gens et de leur dire « regardez comme je suis belle, regardez comme ma vie est parfaite », c’est avant tout un moyen d’échanger, de passer du bon temps et de tisser des liens avec de vraies personnes, qu’en pensez vous? 

Peut-être que je devrais utiliser « mon influence » à bon escient en vous encourageant à vous assumer vous aussi. Je suis sûre qu’il y en a parmi vous qui tout comme moi manquent de confiance en soi.
Alors pourquoi au lieu de se tirer dans les pattes, on n’essaierai pas plutôt de s’aider à s’accepter? Je trouve que la critique est facile sur internet et dans la vie en général. Mais pourquoi au lieu d’utiliser de l’énergie à dire à quelqu’un qu’il est trop maigre, trop moche, trop gros, trop ci, trop ça, on ne l’utiliserait pas pour se valoriser les unes les autres?

Pour ne rien vous cacher, la critique négative et non constructive (je veux dire par là la méchanceté gratuite) m’a toujours sidérée, qu’elle me concerne ou non. Quand on me suggère sous mes vidéos de me faire refaire le nez, ou que l’on me dit que l’on ne supporte pas ma voix, ça ne m’aide pas forcément à m’assumer ou à gagner en confiance.
Est-ce que ces personnes se rendent compte de l’impact de leurs mots? Est-ce qu’ils sont conscients que la personne qui reçoit ces remarques peut être fragile et que cela peut la conduire en dépression, voir même au suicide?
Heureusement ce n’est pas mon cas, mais vous savez quelle est la conséquence de lire sous plusieurs vidéos ou photos des commentaires sur mon nez? Je n’avais aucun problème avec et maintenant j’en complexe.
En ce qui concerne ma voix, j’en ai toujours été complexée et cela ne fait que raviver mes vieux démons.
Je trouve cela tellement dommage et dévalorisant pour mon travail…

Car il ne faut pas se mentir, quand tu faits les choses avec bienveillance dans le but d’aider les gens, que tu mets tout ton coeur pour faire une vidéo/un article, que tu réfléchis sans relâche à ce qui pourrait bien plaire à ta communauté et que tu te prends dans la figure des réflexions du genre « surconsommation », « t’es insupportable », « je déteste ta voie » en guise de remerciement, ou alors qu’à force les gens trouvent toute la montagne de travail fourni normal et vont même jusqu’à te montrer leur mécontentement quand tu en fais moins, je suis désolée mais ça donne tout sauf envie de continuer…

Je ne fais pas ce métier pour ça. Tout ce que je fais je le fais pour vous, je prends toujours en considération votre avis, je vous mets toujours au centre de tout. Peut-être que c’est une erreur, ou pas. Mais c’est comme ça!
Contrairement à d’autres mon but n’est pas de me mettre en avant à tout prix, mais d’avoir un échange avec vous, de pouvoir vous apporter quelque chose.
Que ce soit dans le choix de mes partenariats, ou dans le choix de la création de mon contenu (vidéo, article, photos), la première question qui me vient à l’esprit c’est « est-ce que ça va leur plaire? ».
Avant même de savoir qu’est-ce que cela va m’apporter à moi et sans prendre en considération si je vais pouvoir le faire physiquement (certaines choses sont très longues à mettre en place et demandent parfois que je sacrifie mon sommeil), si je pense que ça en vaut la peine pour vous, je le fais. Sinon je ne le fais pas.

Vous savez, c’est aussi pour cette raison et je pense que l’on est de moins en moins à le faire, que je continue à acheter la plupart de mes fringues et de mes produits de beauté. Je sais que certaines dans le milieu trouvent ça débile et se demande pourquoi acheter quand on peut tout avoir gratuit.
Premièrement, je ne souhaite pas être « achetée » par les marques. Je refuse d’ailleurs les colis surprise et je suis très stricte dans la sélection de mes partenaires. Le simple fait d’avoir un produit gratuit ne m’oblige en rien à vous le montrer ou à vous en parler. Je ne le fais que s’il me plaît vraiment, que si j’ai un coup de coeur. Et dans ces cas-là je pense que toute la sincérité y est ,peut importe si j’ai acheté le produit ou si on me l’a offert.
Et ensuite, la deuxième raison c’est que je déteste démarcher les marques. Quand je découvre de moi-même une marque et quelque chose me plaît, je ne vais pas profiter d’avoir un petit peu d’abonnés pour l’avoir gratuitement. Je l’achète point. Ça me fait plaisir aussi de le faire surtout quand il s’agit de petits créateurs (qui sont d’ailleurs bien souvent inondés de demandes de blogueuses qui leurs demandent des produits gratuits).
Voilà pourquoi souvent je n’ai pas de codes promos pour vous. Tout simplement parce que j’ai payé les produits comme tout le monde!

 

Il faut aussi que vous sachiez quelque chose, c’est que le monde du blogging et de l’influence, n’est clairement pas un monde tout beau tout rose.
Combien de fois j’ai eu le sentiment de me faire regarder de travers à un évènement parce que je ne suis pas parisienne (parce que lorsqu’on n’est pas de Paris, on est souvent considérée comme une “campagnarde”) ou bien parce que « je ne porte que du Zara ».

Ce monde est un monde qui n’est pas le mien ou du moins qui ne me ressemble pas. 

Avec ces personnes qui sont gentilles avec toi juste en apparence. Ces personnes qui te bombardent de compliments pour essayer de te mettre en confiance afin que tu leur donne tes méthodes de travail, tes contacts ou au mieux que tu les tagues dans ta story…
Ces opportunistes, ceux qui choisissent leurs « amis » en fonction de leur nombre d’abonnés (étrangement, plus on a d’abonnés, plus on devient intéressant. Au contraire quand on n’en a pas assez, on l’est beaucoup moins).
Le but secret de ces personnes c’est de se faire taguer en story pour récupérer des abonnés. Combien de fois j’ai assisté à des scènes pathétiques où les gens tentent ou plutôt font semblant de « sympathiser » avec quelqu’un qui a plus d’abonnés.
Dans la vraie vie, on s’intéresse aux gens, on leur pose des questions, on échange avec eux. Là pas de temps à perdre au bout de 5 minutes, ça y va cash : « On peut faire un boomerang? ». Résultat, en story on croit que les gens sont proches alors qu’au bout du compte il auront fait leur story, ce seront tagués, puis ne se seront plus calculés de la soirée.

Je déteste ça et c’est bien pour ça que parfois j’ai l’impression d’être un alien. C’est bien pour ça que je ne me sens pas à ma place dans les évènements.
Parce que, pour être honnête avec vous, quand je rencontre des gens que je ne connais pas, je ne pense même pas à sortir mon téléphone pour faire une story avec eux. Je préfère apprendre à les connaître, parler avec eux. En fait je préfère cent fois l’échange humain, que le faux semblant. 

Je suis écoeurée par l’envers du décor et la tournure que sont en train de prendre les choses sur les réseaux sociaux, ça me dégoûte et me pousse de plus en plus à prendre du recul.
Quand il y a quelques années, on ouvrait un blog par passion, sans aucune arrière pensée, sans savoir qu’un jour on pourrait en vivre, aujourd’hui c’est tout autre chose. Les filles savent ce qu’il y a la clé et elles le veulent coûte que coûte. 

Si aujourd’hui tout le monde a remarqué que l’on n’hésite plus à montrer ses fesses pour avoir des likes ou bien que l’on prend ses abonné(é)s pour des imbéciles en ventant les mérites de marques ou produits sur lesquels on ne se serait même pas attardé dans la vraie vie, il y a tellement d’autres pratiques plus sournoises que personne ne voit.
Combien laissent de côté éthique, morale et bon sens quand il s’agit de gagner des abonnés!!

Je suis lassée des faux culs, ceux qui disent du mal de quelqu’un derrière son dos mais que l’on retrouve le lendemain en story avec cette même personne, comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde. Encore pour une histoire d’abonnés, sûrement.

Je ne parle même pas des tricheurs, on a tellement parlé d’eux que je vais faire court. Ceux qui achètent abonnés, likes, commentaires etc pour laisser penser qu’ils ont une grande communauté et pour être payés par les marques. On est pile dans le « je veux tout, tout de suite et par n’importe quel moyen ».

J’en ai marre de voir cette hypocrisie, cette fausse modestie.
Ces faux modestes qui remercient leurs abonnés 1000 fois par jour et qui partagent à longueur de journée les gentils messages qu’on leur envoie du style « tu es belle, tu es la meilleure », comme pour dire « hey regardez ce que l’on pense de moi ». De cette façon les gens se disent « oh la la mais qu’est-ce qu’elle est aimée ».
Je veux bien que l’on partage un message de temps en temps quand on est submergée par l’émotion après l’avoir lu, je l’ai déjà fait. Mais quand c’est à longueur de journée, je me demande quel est l’intérêt si ce n’est que de se faire mousser? En ce qui me concerne, je remercie les gens personnellement et en privé. Ça leur fait d’autant plus plaisir de recevoir une réponse qui leur est adressée après avoir pris le temps d’écrire un gentil message.

Et je ne parle pas non plus des partages à longueur de temps qui ne sont qu’un prétexte pour gagner des abonnés. Le but n’est pas de vous faire découvrir de nouveau comptes, ça c’est ce que l’on veut laisser croire. Le but c’est juste de s’échanger des abonnés en se tagant mutuellement. Je ne vais pas faire de généralité là-dessus car il peut arriver que ce soit sincère. Mais quand c’est récurent et surtout quand les personnes se taguent mutuellement cela veut dire que le partage a été orchestré dans un but précis.

Je suis aussi de plus en plus déçue de la façon de faire et du manque de créativité qui sévit sur Youtube et Instagram.
Depuis toujours je réfléchis énormément à travailler mon contenu un maximum, vous proposer quelque chose qui me ressemble, quelque chose que j’aime et qui me parle. Je me creuse la tête sans cesse avec Sam pour essayer de trouver de nouvelles idées, pour me créer mon propre univers que ce soit en vidéo sur Youtube ou en photo sur Instagram.
Mais quand à côté de ça je vois des personnes qui n’essayent plus de se créer un univers, mais se contentent juste de faire la même chose que les autres en regardant ce qui fonctionne et se servent comme au supermarché (filtres, poses, style de photos, looks, idées d’articles ou concepts de vidéos, façon de filmer, façon de s’adresser à sa communauté…), je trouve ça un peu décourageant pour ceux qui bossent à essayer de se démarquer.
Ce qui est démotivant c’est aussi de voir que les gens remarquent ce genre de chose mais ne disent rien et au contraire encouragent la personne qui copie en lui disant « oh c’est le même genre de vidéo/photo qu’un tel, j’adore! ».
C’est mon ressenti, et je parle en général pas seulement de mon cas personnel. Honnêtement ça m’embête de voir mes comptes préférés être copiés et de voir les copieurs encouragés. Pour une photo de temps en temps il n’y a pas de mal, tout le monde s’inspire des uns et des autres, mais quand il s’agit de tout un feed Insta ou d’une chaine Youtube en entier c’est un peu plus embêtant. Parfois jusqu’à en devenir décourageant, c’est comme se faire voler son identité et d’être impuissant.
J’ai l’impression que c’est sans fin (plus on cherche de nouvelles idées plus on en donne aux autres…).

Tout ceci me pèse depuis un bon bout de temps. Mais il y a aussi d’autres raison un peu plus profondes…

Vous le savez sûrement, si je suis ici aujourd’hui ce n’est rien d’autre que par pure passion. Mais vous savez, des fois une passion peut vite vous empoisonner.
Vous vous donnez corps et âme à elle, vous oubliez tout le reste, il n’y a que ça qui compte. Vous en voulez toujours plus, à tel point qu’un jour vous vous retrouvez esclave de celle-ci.
C’est un peu ce qui m’est arrivé ces derniers temps. J’ai complètement délaissé ma vie pour mon travail, je n’ai pas peur de le dire et je vous jure que je ne pèse pas mes mots. J’ai délaissé ma santé (je ne suis pas allée chez le médecin ou un spécialiste depuis des années), j’ai délaissé ma famille, mes amis. Je me suis délaissée moi-même : je ne fais plus de sport, je ne trouve plus le temps de prendre soin de moi… Je me suis assise sur mon sommeil pour travailler tard, souvent.
Je n’ai pas su prendre le recul nécessaire. Je voulais tellement vous donner, tellement vous partager ici, sur Insta, sur Youtube que je me suis perdue. Ça peut paraître dingue, mais c’est la vérité.

Il y a un vrai travail dans ce que je fais, il ne s’agit pas juste de se prendre en photo et de faire la belle. Il faut sans cesse être au taquet. Tout va tellement vite que si l’on veut rester « à la page », il faut aller vite aussi. Il faut toujours avoir le dernier truc à la mode, la dernière nouveauté, il faut sans cesse se remettre en question, essayer de trouver de nouvelles idées pour se renouveler et de se démarquer (et c’est sans fin, comme je vous le disais). 

Je trouve que dans la société actuelle on n’a pas le temps de digérer les informations ni le temps d’apprécier les choses. Tout va trop vite, on consomme, on surconsomme, on passe d’une chose à l’autre en un claquement de doigt. On désire quelque chose, puis deux secondes après on veut autre chose. On veut tout tout de suite, on ne veut pas se battre pour l’avoir. On veut que ça vienne à nous sans le moindre effort. On prend aussi vite qu’on jette.

Malheureusement à la fin on reste des humains, je reste une humaine, avec des envies, des sentiments, des besoins. Je ne suis pas une machine et je ne peux pas être partout à la fois, même si j’aimerais. Mais pour avoir essayé, c’est forcément en dépit d’autre chose. Alors je pense qu’il est nécessaire parfois de ralentir, juste pour prendre le temps d’apprécier ce que l’on a, ce que l’on fait. Ou du moins pour se recentrer, se poser les bonnes questions pour savoir si l’on est sur la bonne voie, si l’on est sur le bon chemin.
C’est le travail que j’ai essayé de faire ces derniers temps. Et je me suis rendue compte que je ne peux plus continuer comme ça. Car j’aime trop ce que je fais pour prendre le risque de faire un burn out et ne plus pouvoir le faire après.

Avant de m’attirer la foudre de certaines, que les choses soient claires : oui être blogueuse est un métier à plein temps.
Pour vous faire un petit topo, c’est comme être rédactrice d’un magazine. On doit rédiger des articles et les illustrer en images, ce qui implique de faire des shootings photo. Le shooting lui-même implique des recherches et donc du temps : le stylisme, parfois du shopping, recherche du lieu, retouche des photos. Publication du contenu, communication autour de ce contenu. Comme pour une entreprise ou un magazine, on doit sans cesse communiquer sur les nouvelles publications sur le blog, les nouvelles vidéos. Il faut aussi sans cesse être présente car malheureusement dans ce milieu si l’on n’est pas hyper présente, les gens vous oublient et comme je le disais tout à l’heure, passent à autre chose. Il faut donc minimiser le risque que tout le temps passé à créer du contenu soit vain.
Au-delà de la partie créative, il faut également gérer la partie administrative : les mails mais pas que. Car je suis à l’heure actuelle entrepreneuse et cela implique les tâches communes à tous les chefs d’entreprise : comptabilité, gestion, administration, management parfois…

Je suis consciente de la chance que j’ai de faire un métier pareil, et je ne m’en plaindrai jamais. C’est juste que j’ai envie que vous compreniez que c’est un VRAI métier qui implique énormément d’heures de travail.
Alors certes, je ne travaille pas à l’usine, je travaille de chez moi et je sais qu’il y a des métiers bien plus durs que le mien. Et si ça peut vous rassurer, je sais ce que c’est que de se lever tous les matins pour aller travailler parfois à contre coeur (je l’ai fait).
J’ai eu une vie avant mon blog, j’ai eu des galères, des soucis d’argents, alors tout ça je connais, et bien plus que vous ne le pensez.

Bref tout ça pour vous dire que je suis dans une phase compliquée et comme vous pouvez le voir plein de raisons m’ont poussé à prendre un peu mes distances.
J’ai envie de faire tellement de chose, de vous dire tellement de choses que je me sens dépassée. J’ai l’impression parfois que je perds le contact avec vous et je ne le veux surtout pas.
Donc j’espère que vous ne m’oubliez pas, je suis juste humaine et comme tout le monde j’ai mes petits coups de moins bien…

Je me suis un peu éparpillée dans cet article mais tout ce que j’avais sur le coeur est là. J’espère que vous aurez réussi à mieux me cerner…
Certes il ne s’agit que de virtuel et que d’une partie de ma vie, mais si je ressens le besoin de vous dire tout ça aujourd’hui c’est parce que c’est ce monde virtuel qui nous unit et qui fait que nous avons un lien aujourd’hui.

Ma résolution de 2019, sera d’essayer de m’assumer, de prendre un peu plus de temps pour moi, de donner d’avantage et de repartir de plus belles en vous partageant un maximum de choses.

Je ne sais pas du tout quel sera votre retour, j’espère seulement que vous arriverez à me comprendre.
À vrai dire j’avais juste besoin de vous parler de tout ça, comme pour tourner une page

Merci à celles qui seront allées jusqu’à la fin de ce long roman pour m’avoir lue jusqu’au bout!!
Je vous dis à très vite, et vous fait plein de bisous!